119 pages et pas un personnage visible. Derrière les murs de leur maison, des anonymes échangent, discutent et réagissent à une terrible nouvelle : la mort d’un monument de la chanson française, Waldo Maelfait.
Puis, l’intrigue se précise, d’anonymes, les personnages deviennent acteurs de ce drame. Qui a assassiné Waldo ? Qui sont ces inconnus qui parlent derrière leurs façades ? Sont-ils étrangers à la disparition du chanteur ? Quels sont leurs points communs ?
La poésie des dessins tranche parfois avec l’humour noir du scénario. L’illustratrice Lorraine les Bains traduit la personnalité de ses protagonistes par l’architecture de leurs logements. On les imagine, on les voit sans les percevoir … on rigole, on monte des théories, on doute et surtout on se régale !